Comment procéder à un audit ?

Malgré les différences qui font le plus, tous les cabinets d’audit utilisent la même méthodologie. Cela concerne la prise de connaissance, l’évaluation, l’examen des comptes financiers et le rapport. Découvrez la méthodologie qui est propre aux cabinets d’audit. 

La prise de connaissance

Cela constitue la première étape de l’audit. Elle consiste à prendre connaissance du contexte général  de l’entreprise. L’auditeur évalue aussi les principaux risques. Cette prise de connaissance servira de base pour la planification et l’orientation du travail. L’auditeur mettra alors en place le dossier permanent et rédige le plan de mission. En visitant le site https://myne-expert.fr/, vous trouverez un expert comptable à Paris. 

A voir aussi : Top 4 des raisons de contacter une entreprise de climatisation à Lille

L’évaluation du contrôle interne lors de l’audit

Cette étape est consacrée à la recherche des risques. En parallèle, l’auditeur appréciera les éventuelles  incidences sur la nature et l’étendue des travaux à réaliser. Ainsi, il étudiera toutes les procédures de contrôle interne afin d’aboutir à la production des comptes financiers. 

Pour que son travail se passe comme il se doit, l’expert comptable utilisera un seuil de signification lui garantissant une limite chiffrée. Tout au long de l’audit, il se servira de cette notion basée sur la qualité et la quantité. 

En parallèle : Formation en restauration de meubles : un art précieux à préserver et à perfectionner

L’examen des comptes financiers

Cette troisième étape de l’audit fait suite aux deux premières. Il est nécessaire de passer par l’examen des comptes financiers en audit pour pouvoir identifier les anomalies significatives pouvant survenir. 

Afin de réaliser cette étape, l’auditeur vise à valider les assertions d’audit. L’information financière doit répondre à ces critères pour assurer sa régularité et sa sincérité. Ces assertions sont utilisées à chaque poste du bilan et du compte de résultat. Il en est de même pour les informations contenues dans l’annexe. 

Il est à noter que les assertions comprennent l’exhaustivité, la réalité, la propriété, la correcte évaluation, la séparation des exercices et la correcte imputation. 

Ces assertions doivent être validées. Pour ce faire, il est nécessaire de mettre en œuvre les procédures d’audit et continuer les travaux dans un dossier de travail. Ainsi, le CAC peut rendre la mission plus efficace, contrôler les travaux de ses collaborateurs et justifier les conclusions tirées tout en apportant la preuve des diligences effectuées. 

L’opinion et le rapport

Le commissaire au compte ou CAC a le devoir d’établir un rapport. Il y expose et justifie son opinion. Cette dernière correspond à la conclusion de ce qu’il a effectué au cours de sa mission. 

Lors de ce rapport d’audit, il doit tout communiquer à l’ensemble des actionnaires et/ou associés. Cela se déroule durant l’assemblée générale annuelle. Ce rapport possède un contenu bien défini, à savoir, un titre, des paragraphes, une date et une signature. 

En fonction de chaque cas, l’opinion de l’auditeur peut être la certification sans réserve, la certification avec réserves ou le refus de la certification.